Un père absent malgré lui.

 Un père absent malgré lui.


Et oui vous l’aurez compris la vie est dure et on doit combattre pour avoir une meilleure vie mais à quel prix ? Et quand bien même on obtient un job de rêve qui paie bien et qu'on arrive à subvenir aux besoins de sa famille,il y' aura toujours un vide d’affection, de conseil et d'assistance que chaque enfant à besoin pour bien grandir. Voici le triste témoignage de noah (nom d’emprunt) de Bujumbura dont la majorité de son enfance n’a pas vu son père.
Du plus haut de mes souvenirs c’était ma mère qui s’occupait de nous c’est-à-dire que c’est elle qui nous emmenais à l’école, elle qui nous aidait le soir avec nos devoirs mes frères et moi de plus elle se chargeait de s’occuper d’une étable de vache laquelle il fallait entretenir chaque semaine avec le personnel,le vétérinaire ainsi que les vaches. Bref vous l’aviez Compris elle se chargeait de tout, je pouvais voir la fatigue dans ses yeux le soir et cela peut s’expliquer par l’angouement qu’on avait avec mes frères de tout ranger dans la maison pour qu’il n’y ait rien qui puissent la fatiguer davantage. Mais c’était sans calculer l’innombrable montagne de devoir que nous avions les uns des autres.
Mais alors où se trouvait mon père ?
Tout ce que je vous ai raconté ça se passait durant la semaine parce le weekend mes amis c’était la fête. Parce que devinez qui rentrez à la maison ? C’était mon père et à chaque fois qu’il était à la maison on allait au restaurant le matin pour prendre le petit déjeuner les après midi on les passait souvent à la plage , à une plage en particulier qui se nommait « kumase » on s’amusait et c’était comme si on respirait enfin après avoir passé toute une semaine étouffé. Certains se diront que c’est peut être de l’éxagération mais non dans la semaine on n’avait pas droit à l’erreur de risque de contrarier notre mère avec toutes les charges qu’elle avait on n’étais que des enfants mais on sentait qu’elle était fatigué.
Au fait mon père à cette époque travaillait au programme alimentaire mondial « PAM » mais il était affecté à ngozi et c’était dans la période de crise car j’entendais souvent à la radio des personnes qui étaient mortes dans des ambuscades d’où l’absence de mon père je réalise maintenant l’angoisse et le stress ça a causé à ma mère, mais ce qui devra arriver arriva un weekend il rentra à la maison comme à l’accoutumée. On est sorti comme d’habitude sauf qu’à la seule différence le lundi il est resté à la maison,le mardi de même ainsi que tous les autres jours.
La réalité nous a rattrapé
Comme vous pouviez l’imaginer Il avait démissionné et c’était sans s’attendre à des conséquences de ma part, je me souviens un ami à moi m’avait invité pour sa fête d’anniversaire,je me suis précipité vers ma mère pour lui en parler et qu’elle me donne la permission et elle m’a répondu « genda urusabe papa wawe » bon j’étais surpris mais bon je me suis dit papa nous emmène toujours à la plage aucune chance pour qu’il dise non mais c’est avec surprise qu’il me dira non car je pouvais pas sortir sans avoir fini mes devoirs c’est avec colère et tristesse ainsi que pleine de question qui tournait dans ma tête. Je me disais il se prend pour qui pour me dire non, il vient juste d’arriver de nulle part et il commence à me dire non aussi je comprenais pas pourquoi ma mère m’avait envoyé auprès de lui alors qu’elle pouvait me donner la permission.
Tout faire dans l’intérêt de l’enfant.
Avec les années et le recul je réalise que j’ai vraiment eu de la chance avec des parents souciants,qui ont mis l’intérêt de leurs enfants en avant, certe c’était pas facile mais au moins je sais qu’il n’ont pas hésiter à abandonner leur travail plus exactement mon père pour se préoccuper de notre bien être à tous.
Jeune journaliste